Collectionneur dans l’âme

« Tout gosse, j’adorais regarder les vieux films de guerre d’Hollywood et lire les bandes dessinées comme Panache ou Rapace. Est-ce ce qui m’a engagé dans la voie de la collection de militaria ? J'ai commencé en tout cas à collectionner tôt, à l'âge de 12 ans ; et déjà, à l'école, je questionnais mes camarades pour savoir s’ils n'avaient pas de vieux souvenirs de guerre dans leur grenier. Je me souviens d'ailleurs, en quatrième, avoir échangé de petits éclats d'obus contre quelques fizzyrolls (bonbons acidulés en rouleaux de dix).

A l’adolescence, mes investigations sur la première guerre mondiale m’ont amené à découvrir que les Etats Unis avaient également participé à la première guerre mondiale mais malheureusement peu d’ouvrages à l’époque traitaient du sujet, et c'est d’ailleurs ce qui m’a motivé à en savoir plus. Je me souviens que les programmes du collège bouclaient l'intervention américaine en quelques minutes alors qu’un incroyable dispositif avait été déployé sur toute la France et qu’il aurait fallu sans doute plus qu’un cours pour en débattre.

La collecte de reliques sur ce thème m'a donné l’occasion de voyager et de rencontrer de nombreuses personnes. Elle m’a également permis de partager mes connaissances et d’évoluer sur le sujet...

 


...
En 1998, je me suis installé en Haute-Marne et ma vision de la collection allait être grandement bouleversée… A cette époque, il n'était pas rare de retrouver de très nombreuses reliques américaines qui traînaient en brocante, dans les greniers ou chez les antiquaires. L’ensemble de ces souvenirs, était resté sur place depuis plus de 80 ans et j'ai commencé à prendre conscience de leur intérêt historique en tant qu’objet passeur de mémoire. En effet, sur certains d’entres eux subsistaient encore un nom, une phrase ou une adresse ce qui a permis de révéler parfois de surprenantes histoires.…Ainsi commença une collecte beaucoup plus passionnante que celle de rassembler l’objet pour l’objet car cette fois le lien à l’histoire était beaucoup plus fort.

En 30 ans, j'ai collecté un peu plus de 3000 objets sur ce thème regroupant courriers, photographies, plaques de verre, pièces de véhicules, caisses, uniformes, baraquements et, d'année en année, j'ai rempli des cartons et des caisses qui eux-mêmes ont rempli des pièces de ma maison. Déjà à l'époque, j’éprouvais un grand plaisir à faire partager mes émotions au travers d'une gamelle retrouvée dans un vieux grenier ou une gourde ramassée au hasard d’une brocante, c’est d’ailleurs ce qui m’a permis d'évoluer dans ma perception de l'objet et de son rapport à l'histoire.»


Franck Besch, Petit Musée du Doughboy

 

accueil

 


 

 

 

 

 

 

Une collection ça se partage

« En 2017, l’aboutissement de toutes ces années de collecte et de recherche s’est concrétisé par la mise en place à Marac et sur 90 m2, d’une formidable exposition de témoignages par l’objet et l’anecdote, au travers un parcours spectaculaire et émouvant sur le quotidien des soldats américains dans notre département durant la Grande Guerre.

Après les festivités du Centenaire, je poursuivrai mon travail non plus de collectionneur, mais de "sentinelle de la mémoire", avec l’objectif de sauver de l’oubli les dernières reliques de notre patrimoine local. »

F.B.


Poursuivre la visite sur internet :

Des documents du Musée sont mis en ligne régulièrement sur Flickr

 

 

accueil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un centre de ressource

« Après avoir ouvert les portes de mes vitrines, c’est autour de ma photothèque et de ma bibliothèque d’être exposées et surtout d’être partagées. L’objectif étant de promouvoir toutes ces années de trouvailles au service de l’histoire au travers de très nombreuses plaques de verre, de photos, de correspondances, d’historiques de régiments, et de nombreux témoignages… Mes recherches et découvertes sur le départements m’ont permis d’approfondir l’histoire régionale et de localiser avec certitude les différentes unités américaines qui se sont succédés.

Le Musée du Doughboy se positionne déjà pour le "Après 100e" en tant que sentinelle du souvenir à la mémoire de nos chers alliés Américains. »

F.B.

Doughboys et AEF - Liens utiles
Les Doughboys en Haute-Marne :
Association pour le Souvenir de l'AEF en Haute-Marne (facebook)

Centenaire de la présence américaine en Haute-Marne (twitter)

Chez nos voisins meusiens :
Les Américians de la Gondrecourt Area

Incontournable :
Le Forum AEF Collections


 

accueil

 

 

 

 

 

 

 





.


Pratique

Visite gratuite sur résevation


adresse :
Le Petit Musée du Doughboy
52260 Marac - France


telephone :
+33 (0)3 25 84 92 54 -


mail :
museedoughboy@gmail.com



.



 

.